Chapitre 10 : Une pierre tombale

Publié le 10 Avril 2015

Ce qui me paraît être le plus proche d'un livre, jusque dans sa forme même, c'est une tombe. Sous la couverture du livre comme sous la pierre tombale, il y a une âme qui attend une résurrection. La lecture exhume, et il y a quelque chose dans un livre qui peut à la fois revivre et nous ressusciter. Soulever la couverture d'un livre, c'est soulever une pierre tombale et entrer dans le royaume des morts.

La lumière du monde
[ Christian Bobin ]

Un mois qu'il est parti.

Je vais payer les obsèques et l'on me remets une fiche de satisfaction, oui comme chez Darty quand on achète un écran plat.

Il faut vivre ça aussi, intégrer que les services funéraires aussi humains soient t'ils sont un commerce.

On me donne aussi des documents sur les monuments et comme pour le cercueil, on me fait l’article "Les courbes de cette stèle sont agréables..."

J'écoute muette, les larmes au bord des lèvres. Je suis en train de régler les obsèques de mon mari et la vendeuse essaie de me fourguer un monument de création...

Je murmure que le choix de la tombe est très important.

Et la dame poursuit son déballage en opinant du chef " il est important en effet que le granit ne s’abime pas avec le temps et sachez que le noir est salissant..."

Vite, que je sorte de ce lieu imprégné de cette odeur si particulière associée à vie à la mort de mon mari.

De toute façon sa mort va durer, je ne vais pas me décider aujourd’hui, j'ai le temps d'y réfléchir, de choisir avec mes filles.

Cimetière dans la Manche

Cimetière dans la Manche

Quelques jours plus tard, nous nous décidons avec Émilie à faire le tour du cimetière.

Le mois de juin est beau et chaud et nous nous promenons un long moment dans les allées.

Étrange déambulation où nous regardons les tombes, les noms, les inscriptions, les couleurs, les fleurs...

Chaque famille exprime ses liens aux défunts avec simplicité ou extravagance.

La teinte grise domine et je ne n'en veux pas, c’est trop sombre.

Je souhaite quelques chose de sobre avec une jardinière pour mettre les fleurs du jardin.

Nos silhouettes vêtues de pantacourts et de chemisiers clairs sont compétement incongrues dans ce lieu.

En fait, nous avons du mal à nous concentrer. Nous trouvons que tout fait moche, que tout fait « tombe » alors qu'il est encore tellement jeune et vivant.

Dominique aimait visiter les cimetières qui parlent des morts, des croyances, des coutumes, de la culture d'un endroit.

Je me souviens que nous avions visité celui de Morne à l'eau en Guadeloupe. Des tombes de carreaux blancs et noirs qui s'illuminent de centaines de lumignons pour la Toussaint.

En Espagne, nous avions vu des  tombes construites comme de véritables petites maisons avec fenêtres et balcons.

Et la tombe de Georges Brassens à Sète donnant sur la mer.

Et je me demande quelle sépulture lui plairait?

Rédigé par Véronique

Publié dans #Le chemin

Repost 0
Commenter cet article

Yohann 11/04/2015 11:34

Un moment délicat vécu les larmes au bord des yeux.

Comment a-t-on fait ?
Comment as-tu fait ?

Traiter façon matérialiste alors que notre coeur est empli de douleur et encore de la présence.
Voir le commerce s'imposer alors qu'on attend tellement d'appui, de soutien moral !

Quels moments terribles qu'avec le recul, nous nous demandons encore comment nous avons pu faire et décider.

Cette pierre choisie, ce monument qui est à la fois ton choix et le sien, enfin pour lui.

Souvent j'y retourne ... seul.
Aucun de mes enfants, des membres de ma famille ne veut m'y accompagner, comme s'ils avaient peur de cette mort.

Alors, parfois, dans cette solitude, l'émotion est la plus forte et le "seul" prend toute sa dimension.

Bises à toi, Véro

Yohann

souricette (marie) 11/04/2015 02:34

La plus belle de sépulture ressemble justement à la couverture du livre que l'on aime feuilleter...
Remplie de douceur et d'amour,
Comme le livre d'or de la vie....


Amitiés

Marie

Véronique 11/04/2015 13:21

La sépulture est le livre d'or de la vie. Très joli et très juste.
Merci Marie