Santa Maria

Publié le 28 Juin 2015

Santa Maria

Abysses et déferlantes où je crois renoncer;

Lorsque dans la nuit noire un rêve de toute beauté.

Reformant un moment la symbiose maritale,

Serrés sur mon vélo dans la pente infernale,

Je l'ai perdu en route et je l'ai appellé.

Son téléphone portable à de suite décroché

"La Santa Maria", je suis là, je t'attend.

Je me suis réveillée avec le coeur battant.

Revoir le temps d'un songe mon mari adoré,

Sa main si reccueillie sur la Vierge posée

Comprendre qu'il embarque sur la caravelle.

Je crois qu'il se trouvait dans le port de Marseilles.

Je le laisse partir, il doit vite embarquer.

Voguer vers l'autre rive vers le monde surréel.

Je grimpe sur la colline, je suis si prés du ciel,

La passion de Jésus, Marie à mes côtés.

Je vois le beau voilier lentement s'éloigner.

Notre Dame nous Garde dans son sein maternel.

Je poursuis moi aussi sur un nouveau chemin.

La vierge est notre lien et guide nos desseins.

Rédigé par Véronique

Publié dans #Mes poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Yohann 29/06/2015 18:18

Si beau symbole d'une union éternelle ... et d'une désunion qui se refuse !

Croire parce que la Vie n'est pas seulement ce petit bout de chemin parcouru sur cette terre, mais un ensemble sans fin où un jour, on se retrouvera.

Véronique 29/06/2015 21:35

Quelque soit la poursuite de vie, un deuil ne peut être une désunion car la séparation n'a pas été choisie et l'amour reste intact, grandit même