Souffrir encore et espérer toujours !

Publié le 5 Janvier 2017

 Souffrir encore et espérer toujours !

Lorsque j’étais jeune, je regardais la souffrance comme un mythe qui faisait peur pour de faux, qui m’émouvait sans me toucher, qui m’interpelait sans réalité.

Au fil du temps, elle me visa, lança quelques flèches, m’effleura, me fit de la peine, m’égratigna sans durablement m’affecter.

Mais je fus en alerte et je me mis à l’observer. Elle transitait autour de moi faisant sa fête de tout mal, guettant sans cesse les bonnes occas.

Elle ripaillait de tous subsides dans notre monde sens dessus dessous. Elle était guerres et attentats, elle était tremblements et famines. Elle prenait les hommes de la terre, laissant des vies en champs de ruines. Elle se goinfrait des accidents, des divorces et du chômage. Elle se délectait de maladies, de deuils, de p’tits soucis…

Et puis un jour elle me saisit !

C’était un spectre noir qui se nourrissait de ma peine, dévorait mes pensées claires, exacerbaient mes émotions et s’abreuvait de mon chagrin.

La souffrance avait pris ma place et je me suis battue corps et âmes, la repoussant chaque jour plus loin jusqu’à la tenir en laisse.

Mais la traitresse sourdait en silence dans le tréfonds de l’existence. La semaine dernière, elle rejaillit violente, toucha un proche sous la forme d’une grave maladie.

La souffrance n’a pas de conscience, elle se fiche bien d’avoir déjà fait mal.

Dans ma tête tout se mélange, il va se soigner et guérir, on ne meurt pas à tous les coups et l’instant d’après c’est le pire qui m’affole en pensant à la mort.

La peur de perdre, de perdre encore, qui son mari, son fils, son père et moi mon petit frère.

Ma maman sanglote et grelote sous l’étendue du choc. Qui sont ces Dieux qui torturent sans cesse ?

La souffrance est à l’œuvre, elle déverse ses laves incandescentes d’un cœur à l’autre de ceux qui l’aiment.

Qu’ils sont forts ces liens de ce même sang qui coulent dans nos veines !

 

Hier m’est parvenue cette louange d’espoir, je l’offre à ceux qui souffrent.

Prière de mère Térésa

La vie est une chance, saisis-la.

La vie est beauté, admire-la.

La vie est béatitude, savoure-la.

La vie est un rêve, fais-en une réalité.

La vie est un défi, fais-lui face.

La vie est un devoir, accomplis-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, prends-en soin.

La vie est une richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, perce-le.

La vie est promesse, remplis-la.

La vie est tristesse, surmonte-la.

La vie est un hymne, chante-le.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une tragédie, prends-là à bras le corps.

La vie est une aventure, ose-la.

La vie est bonheur, mérite-le.

La vie est la vie, défends-la.

Le chemin de deuil ou de maladie est aussi la VIE. Il faut du temps pour l’accueillir et laisser leur place à tous ces petits riens, à tous ces petits bonheurs à partager.

Laissons sa chance à l’espérance !

Rédigé par

Repost 0
Commenter cet article