Ça brille !

Publié le 17 Février 2017

Ça brille !

Ce texte est une anecdote tristement vraie d’une personne de ma connaissance qui vient de perdre son mari.

Elle coiffa ses cheveux gris en arrière, accrocha un serre-tête et saisit sa parka accrochée à la patère de l’entrée. Elle s’arrêta un instant pour effleurer le blouson gris qui n’avait pas bougé depuis un mois qu’il était parti. Elle soupira un grand coup en enfouissant son visage dans le molleton de l’anorak. Elle soupira à nouveau pour se donner le courage d’affronter le dehors, les ménagères affairées et les commerçants hâbleurs.

Aujourd’hui était un jour de marché et

elle ressortait dans le monde pour la première fois.

Elle regarda l’heure, saisit son panier, traina un moment indécise en arpentant sa cuisine. Qu’il était difficile de sortir dans le monde! Une larme coula sur ses joues parcheminées, elle était prête à renoncer mais rassembla ses forces pour y aller quand même. Elle gagna la salle d’eau pour passer un gant frais sur ses yeux brulants et jeta un coup d’œil furtif au miroir du lavabo pour s’assurer que les traces de sa peine n’étaient pas trop visibles. Et voilà que sur l’étagère elle aperçut une paire de boucles d’oreilles, celle-là même que la petite Adeline lui avait offerte la veille à la sortie de l’école. C’étaient de petits pendants fantaisies qu’elle fit rouler dans ses paumes tandis qu’un pâle sourire se dessina sur sa bouche en pensant à la fillette.

Pour toi, tata pour que tu ne pleures plus

avait prononcé l’enfant de sa voix cristalline.

Machinalement, elle enfila les pendentifs à strass, ce serait son talisman de courage. Tête haute, elle traversa le marché. Le bourg ne tarda pas à la happer, à lui tourner la tête, à la noyer de paroles, de questions, de réflexions. Et elle dû raconter le drame, au moins trois fois encore entre le primeur et le volailler. Quelle situation incongrue de revivre le médecin, les 48 heures d’hôpital, les tuyaux, le coup de fil fatal et sa sidération au milieu des étals. Son périple la vidèrent et elle n’eut rapidement qu’une hâte, rentrer dans sa maison et tant pis pour le panier à moitié vide.

Mais les curieuses n’en n’avaient pas fini avec elle, une dernière commère l’interpella alors qu’elle quittait la place. Elle la dévisagea de la tête aux pieds et arrêta soudain son regard inquisiteur sur les boucles d’oreilles. Sortirent alors de la bouche de la vipère, ces mots qui firent voler en éclat la petite pierre de courage qu’elle avait eu tant de mal à poser.

Ça brille !

Elle n’a rien répondu, il n’y avait rien à répondre à quelqu’un qui préférait le jugement à la compassion, qui préférait les interprétations à la compréhension.

Elle regagna sa petite maison vide, rangea les brillants dans une boite et laissa couler ses larmes de peine.

 

Repost 0
Commenter cet article