Les chemins de la résilience - Livre de Dorothée Leurent

Publié le 24 Février 2021

Les chemins de la résilience - Livre de Dorothée Leurent

Un livre qui bouleversera ceux qui ont perdu un être cher.

«Perdre la personne à qui l’on tient le plus au monde, c’est perdre le monde ».

Être une personnalité ne protège pas des souffrances; confrontées à la perte de leur(s) enfants, elles ne sont plus que des parents déboussolés et souffrants. Les témoignages se succèdent, s’imbriquent dans leurs points communs, se complètent dans leur singularité.

Les poèmes de Victor Hugo, de Mallarmé ou De Lamartine remis dans leur contexte se font poignants. Leurs poésies sont sublimées par des mots d’une grande intensité. Les douleurs sont à jamais gravées, elles sont à la fois lancinantes et s’inscrivent également dans un long travail thérapeutique qui libèrent ces pères de leur chape de plomb.

Beaucoup de noms connus s’égrènent sous la plume de Dorothée Leurent mais l’on oublie rapidement leur notoriété pour ressentir leur immense détresse après la perte d’un enfant. L’on empreinte avec eux le long chemin de résilience, ce parcours parfois sur un fil tendu qui en fait basculer quelques-uns. Certains ne surmonteront pas le drame, d’autres sublimeront leur art, créeront des associations, luteront pour une cause, aideront leurs prochains. L’enfant n’est ainsi pas mort pour rien, il poursuit son chemin toujours bien présent dans le quotidien de son père, de sa mère.

Chaque lecteur endeuillé trouvera dans ces récits des bribes de sa propre histoire, retrouvera des émotions initiales, des nostalgies de ce qui n’a pu se vivre, des espérances de renouveau…

Vivre un deuil transforme, fait naître une personnalité nouvelle, plus forte, plus imaginative, plus attentive à autrui ou plus fragile.

Beaucoup d’entre nous sont des humains kintsugi nous dit l’auteure en citant Christophe André. Comme ces vases japonais fêlés mais consolidés grâce à de la poussière d’or. A la fois fragiles avec des cicatrices toujours présentes mais magnifiés par la reconstruction.

Passer d’une mémoire souffrante à une mémoire de la souffrance. Il y aura tout au long d’une vie des moments qui ramèneront celui qui a perdu au manque absolu de son défunt mais il y aura chaque jour, des petites joies à saisir sur un nouveau chemin.

Ce livre n’occulte pas les souffrances inévitables de nos vies, il nous y prépare et donne des clés pour découvrir le sens intrinsèque de nos vies.  

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article